Publié le 26 Octobre 2015

Voyage de jeunesse 6

Retourner au Cilo Dag avec mon ami pour lui faire connaitre la majesté de ces montagnes. Et l’aventure vécue à la fleur de l’âge, mes 18 ans. Nous nous arrêtons au poste militaire, pour faire valider nos visas. C’est un poste au milieu du désert, une chaleur torride nous attend. Nous déposons nos bicyclettes et les confions aux militaires. Le trek se fera en un seul jour, aller et retour, nous n’avons pas d’autorisation pour rester plus longtemps. Nous sommes en pays Kurde, à un moment de tension entre les populations. Nous sommes habitués à la marche en montagne, nous retrouvons nos rythmes et la foulée de nos pas. Très vite, nous arrivons dans le fond de la vallée, je découvre un camp Kurde : est-ce les mêmes personnes ? Je ne pourrai le vérifier, le militaire qui nous accompagne nous en garde. Je fais découvrir le cirque à mon ami, lui indique les sommets crapahutés, lui parle de la rencontre d’alors avec les Kurdes dans leur camp de toile, de la liberté des femmes, de leurs habits et coutumes, des hommes qui sont venus alors avec nous, nous engoncés dans nos chaussures de montagnards occidentaux, et eux, légèrement chaussés de leur sandale de plastique, sautant comme des cabris de pierre en pierre. Nous devrons vite repartir, la nuit s’apprêtant à tomber. C’est une course folle pour revenir sur nos pas. Le poste frontière est gagné à la nuit tombante, entre chien et loup. Nous dormons au poste frontière avant de repartir le lendemain matin.

Voir les commentaires

Rédigé par Mireille Cholley

Repost 0